Rappel anatomique de la région de l’aine

L’étude de la région de l’aine

comporte deux chapitres distincts :
La région inguinale : au dessus du ligament inguinal (arcade crurale)
La région crurale : en dessous du ligament inguinal
– Le ligament inguinal est tendu de l’épine iliaque antéro-supérieure à l’épine du pubis et sépare l’abdomen de la cuisse
– En pratique, il ne faut pas décrire à la région de l’aine qu’un seul orifice : l’orifice musculo-pectinéal

1) L’orifice musculo-pectinéal :

– L’orifice musculo-pectinéal est limité par un cadre ostéomusculaire :
En bas : Le bord supérieur de la branche ilio-pubienne (doublé du ligament du Cooper)
En haut : Le bord inférieur des muscles oblique interne et transverse
En dehors : Le psoas
En dedans : Le bord externe du grand droit et du tendon conjoint
– Cet orifice est séparé en 2 étages par l’enroulement des fibres inférieures du muscle oblique externe correspondant à ce qu’on appelle : le ligament inguinal, qui en fait n’a pas d’existence propre (bandelette iliopubienne de Thompson)

2) Fascia transversalis

– L’orifice musculo-pectinéal est fermé par le fascia transversalis (les hernies, par définition, n’apparaissent que s’il y a rupture ou refoulement du fascia transversalis)
– Il s’agit du feuillet profond de l’aponévrose du transverse et il s’insère en bas sur le ligament du Cooper

– Il émet deux prolongements en forme de gaine
Au niveau de l’orifice profond du canal inguinal, le fascia transversalis émet une gaine qui entoure les éléments du cordon spermatique (c’est la gaine fibreuse commune)
Au niveau de l’orifice profond du canal crural, le fascia transversalis émet un prolongement en forme de tromblon autour des vaisseaux et se prolonge par la gaine vasculaire

– Il est muni de renforcements :
Au bord externe du droit : le ligament de Henlé
Autour de l’artère épigastrique : le ligament de Hesselbach
Près de son insertion pectinéale : la bandelette ilio-pectinée
Autour de l’artère ombilicale

3) Etage supérieur : inguinal

– L’étage supérieur limité en haut par le tendon conjoint, en bas par l’arcade crurale, présente 3 points faibles limités par les renforcements du FT
Fossette inguinale externe ou orifice profond du canal inguinal : en dehors de l’artère épigastrique et du ligament de Hesselbach, donnant passage au cordon spermatique
Fossette inguinale moyenne : entre l’artère épigastrique et l’artère ombilicale
Fossette inguinale interne : entre l’artère ombilicale et l’ouraque

4) Étage inférieur : crural

– L’étage inférieur présente un seul point faible, l’anneau crural
– Il est limité
En dehors par la bandelette ilio-pectinéale et le psoas
En haut par “l’arcade crurale”
En bas par la branche ilio-pubienne doublée du ligament de Cooper
En dedans par le ligament de Gimbernat :
– Il contient le pédicule fémoral où la veine est située en dedans de l’artère

5) Théorie uniciste :

– L’existence d’un seul orifice, l’orifice musculo-pectinéal, formé par le fascia transversalis avec ses renforcements et ses prolongements, permet d’admettre une théorie uniceste des hernies de l’aine
– Qu’elles soient inguinales ou crurales, elles répondent toutes à la même définition : la hernie est définie par le franchissement du plan du fascia transversalis qui est distendu, repoussé ou perforé.

6) Le plan de l’aponévrose du grand oblique et de l’arcade crurale :

Le grand oblique se termine, à sa partie interne, par 2 piliers, l’un externe s’insérant sur l’épine du pubis homolatérale et l’autre interne s’insérant sur la face antérieure du pubis et l’épine controlatérle, Ces 2 piliers délimitent l’orifice superficiel du canal ingunal.
L’arcade crurale, tendue entre l’épine du pubis et l’épine iliaque antérosupérieure, constitue la limite inférieure du grand oblique

7) Le plan des crémasters et du cordon :

– L’incision de l’aponévrose du grand oblique ouvre le canal inguinal qui contient le cordon chez l’homme et le ligament rond chez la femme
– Le cordon spermatique traverse la paroi abdominale à travers l’oriice profond du canal inguinal. il a un trajet oblique, de dehors en dedans, pour rejoindre la bourse après avoir traversé l’orifice supéerrficiel du canal inguinal
– Le cordon contient
Le canal déférent
Les vaisseaux spermatiques
Le ligament du cloquet, vestige du canal péritonéo-vaginal oblitéré
– Il est entouré par la gaine fibreuse du cordon qui est une évagination du fascia tranversalis (depuis l’orifice inguinal usqu’à la bourse
– Au cours de son trajet, le cordon est accompagné par 2 faisceaux musculaires interne et externe, provenant des muscles petit oblique et transverse et dont la fonction est de rétracter le testicule, ce sont les crémasters.

J’espère que vous aimez ce petit appel anatomique de la région de l’aine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code