Warning: Use of undefined constant HTTP_USER_AGENT - assumed 'HTTP_USER_AGENT' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/f07bab5b83ee97f2378789def639a014/medecine/wp-content/themes/covernews/header.php on line 1
Les micronutriments pour plus de vitalité - Etudes de médecine

Les micronutriments pour plus de vitalité

Micronutriments

Les micronutriments jouent un rôle central dans le métabolisme et dans le maintien de la fonction des tissus. Un apport adéquat est donc nécessaire, mais la fourniture de suppléments en excès à des personnes qui n’en ont pas besoin peut être nuisible. Les états de carence en micronutriments sont relativement faciles à reconnaître et à traiter. Les carences subcliniques, souvent en micronutriments multiples, sont plus difficiles à reconnaître, et l’évaluation en laboratoire est souvent compliquée par la réponse en phase aiguë. Le bénéfice clinique est le plus probable chez les personnes gravement déprimées et exposées à des complications, et il est peu probable si ce n’est pas le cas. Il existe peu de preuves que les suppléments conduisent à une réduction de l’incidence des infections dans la population âgée, dans les maladies coronariennes ou dans les maladies malignes. Les meilleures preuves de l’effet bénéfique de ces compléments concernent les maladies graves et les enfants des pays en développement qui ont une alimentation déficiente. Il faut davantage d’essais cliniques avec de bons résultats cliniques pour optimiser la prise en charge dans la prévention et le traitement des maladies.

Mots clés : micronutriments

Le rôle des micronutriments (oligo-éléments et vitamines essentiels) dans l’optimisation de la santé et dans la prévention ou le traitement des maladies suscite un intérêt croissant. Cela s’explique en partie par l’amélioration des connaissances et de la compréhension des fonctions biochimiques de ces nutriments, mais aussi par les allégations commerciales, nombreuses mais moins fondées, concernant ces substances. Il est important que les médecins et autres professionnels de la santé soient conscients des preuves de l’essentialité nutritionnelle de ces substances et des situations dans lesquelles un apport accru peut entraîner un bénéfice clinique.

Cet examen tiendra donc compte des connaissances actuelles sur les besoins en matière de santé, sur les personnes qui risquent d’avoir une consommation insuffisante et sur les conditions dans lesquelles des compléments peuvent être cliniquement nécessaires. L’examen ne portera que sur les micronutriments inorganiques (oligo-éléments) et organiques essentiels généralement acceptés (vitamines liposolubles et hydrosolubles) pour lesquels des états de carence, avec des changements biochimiques, physiologiques ou structurels, ont été clairement signalés – ces états se produisent après une consommation prolongée d’un régime alimentaire manquant du seul nutriment considéré, et sont uniquement corrigés par la réintroduction du nutriment dans le régime. D’autres nutriments pour lesquels il n’existe pas d’états de carence confirmés, mais pour lesquels des compléments sont souvent pris, tels que les acides gras ω-3, la glucosamine, la coenzyme Q, ne seront pas pris en compte.

Les cofacteurs des oligo-éléments du métabolisme sont souvent impliqués dans la modulation de l’activité enzymatique ou font partie intégrante des groupes prothétiques enzymatiques – par exemple, le zinc est un cofacteur de plus de 100 enzymes, tandis que le sélénium est nécessaire sous forme de sélénocystéine dans l’enzyme glutathion peroxydase.

Les coenzymes dans le métabolisme – de nombreuses vitamines ou métabolites de vitamines sont nécessaires pour jouer un rôle actif dans des réactions biochimiques complexes, par exemple, la riboflavine et la niacine dans la chaîne de transport des électrons, ou l’acide folique dans le cadre du transfert de groupes méthyle. Ces réactions sont essentielles au métabolisme intermédiaire et assurent l’utilisation des principaux nutriments pour fournir de l’énergie, des protéines et des acides nucléiques.

Les “doigts” de zinc de contrôle génétique sont des facteurs de contrôle de la transcription qui se lient à l’ADN et régulent la transcription des récepteurs des hormones stéroïdiennes et d’autres facteurs.

Antioxydants – L’intérêt populaire pour les micronutriments vient en grande partie de la reconnaissance du fait que de nombreux micronutriments ont des propriétés antioxydantes. Le métabolisme oxydatif conduit inévitablement à la génération d’espèces réactives de l’oxygène (ERO) ou “radicaux libres”, qui ont le potentiel de provoquer d’autres réactions oxydatives, en particulier dans les parties de la cellule qui se trouvent dans un état relativement réduit, comme les membranes cellulaires ou les acides nucléiques1. Le potentiel de dommages est limité par des mécanismes qui comprennent l’extinction directe de l’activité oxydante par les tocophérols (vitamine E) ou les caroténoïdes (vitamine A), ou des systèmes enzymatiques pour éliminer les produits de l’oxydation-superoxyde dismutase (dépendant soit du zinc/cuivre soit du manganèse) et de la glutathion peroxydase (dépendant du sélénium).

De nombreux pays ont élaboré des recommandations concernant l’apport de micronutriments dans le cadre d’un régime alimentaire normal. Celles-ci ont été basées sur les apports observés dans la population saine, associés à un petit nombre d’études détaillées sur l’équilibre nutritionnel et à des estimations en laboratoire de l’état du sang et des tissus associés à des niveaux d’apport particuliers. Des valeurs ont été fixées pour l’apport de chaque micronutriment, en dessous desquelles un état de carence clinique est de plus en plus probable, ou au-dessus desquelles un état de toxicité est susceptible de se développer. Bien que ces valeurs soient pertinentes pour les populations, la difficulté consiste à déterminer dans quelle mesure l’apport est adéquat pour une personne donnée. C’est particulièrement le cas pour certains micronutriments pour lesquels il est reconnu qu’il peut y avoir des avantages supplémentaires en termes de fonction tissulaire si l’apport est légèrement supérieur à celui nécessaire uniquement pour prévenir un état de carence. Les dernières éditions des apports nutritionnels de référence publiés  contiennent une excellente analyse à ce sujet.

 

Les personnes à risque d’une consommation insuffisante

Comme les ANR ont été largement établis à partir de l’apport nutritionnel de la population en bonne santé, il s’ensuit que le régime alimentaire typique de la population en bonne santé fournit la gamme et la quantité nécessaires de ces nutriments. C’est la base des conseils diététiques largement acceptés selon lesquels cinq portions de fruits et légumes par jour, dans le cadre d’un régime mixte fournissant par ailleurs une énergie et des protéines adéquates, apporteront, sur une certaine période, des quantités suffisantes de tous les oligo-éléments et vitamines .
Le régime alimentaire sain typique contient-il des quantités suffisantes de nutriments ?

L’enquête nationale sur le régime alimentaire et la nutrition a confirmé que des apports suffisants de la plupart des micronutriments peuvent être obtenus à partir d’un régime alimentaire type au Royaume-Uni, tant chez les adultes âgés de 19 à 646 ans que chez les personnes âgées de 65 ans et plus , bien que chez les jeunes âgés de 4 à 18 ans, il puisse y avoir un nombre important d’apports inférieurs à l’ANR inférieur pour certains minéraux. L’étude principale sur le groupe d’âge 19-64 ans a révélé que seuls 13 % des hommes et 15 % des femmes respectaient la recommandation de cinq fruits et légumes par jour, les apports moyens étant respectivement de 2,7 et 2,9 portions, mais que les preuves biochimiques d’un mauvais état des vitamines étaient rares.

Dans le cas du sélénium, il est maintenant évident que la teneur en cet élément dans le régime alimentaire typique du Royaume-Uni a diminué progressivement au cours des 15 à 20 dernières années . Cela résulte du passage de l’utilisation de blé importé d’Amérique du Nord, où le sol a une forte teneur en sélénium, à celle de blé cultivé en Europe et au Royaume-Uni, où la teneur du sol en sélénium est comparativement faible. On estime donc aujourd’hui que l’apport typique en sélénium au Royaume-Uni est de l’ordre de 35 μg/jour, ce qui représente environ 50 % de l’ANR des adultes au Royaume-Uni (70 μg/jour pour les hommes, 55 μg/jour pour les femmes). Cela a conduit à des concentrations de sélénium plasmatique qui ne sont pas assez élevées pour assurer une activité optimale de l’enzyme antioxydante glutathion peroxydase. On peut donc conclure que l’apport alimentaire en sélénium au Royaume-Uni est probablement insuffisant et que cela pourrait bien avoir des conséquences néfastes.

Il y a cependant eu peu de bons essais cliniques sur les avantages d’un apport supplémentaire de sélénium dans la population générale, mais un essai de suppléments de sélénium (200 μg/jour chez des patients ayant des antécédents de cancer de la peau), a montré que cet apport sur une période de 4,5 ans a conduit à une réduction significative de l’incidence d’un certain nombre de types de cancer.10 Cette étude a eu lieu en Amérique où le statut du sélénium est beaucoup plus élevé qu’au Royaume-Uni, et il est donc essentiel qu’elle soit répétée dans d’autres parties du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code