Histoire

Le premier chirurgien plastique est indissociable à l’Histoire des gueules cassées – comment un Indien a mis en route la médecine esthétique
L’Inde est considérée comme le berceau de la chirurgie esthétique. Il était d’usage d’y couper le nez des criminels, des adultères et des prisonniers de guerre. Les “Sushruta” répondaient au souhait de leur rendre leur apparence. Il a décrit les principes de base de la chirurgie plastique dans son traité “Sushruta Samhita” en 600 av.

Il a probablement été le premier chirurgien plastique à pratiquer une rhinoplastie, entre autres choses. Pour cela, il a reconstruit le nez avec des lamelles de peau, par exemple sur le front ou la joue. Difficile à croire, car à cette époque il n’y avait ni anesthésie ni installations stériles ! Les opérations étaient très douloureuses et associées à un risque d’infection.

Les Italiens, ancêtres de la chirurgie plastique
Les traductions des écrits de Sushruta ont finalement trouvé leur chemin vers l’Europe, où le médecin italien “Branca” et son fils ont étudié et amélioré la “méthode indienne” vers 1450. Lorsqu’ils ont appliqué la rhinoplastie, l’ L’histoire de la chirurgie plastique

Le premier chirurgien plastique est indissociable à l’Histoire des gueules cassées – comment un Indien a mis en route la médecine esthétique
L’Inde est considérée comme le berceau de la chirurgie esthétique. Il était d’usage d’y couper le nez des criminels, des adultères et des prisonniers de guerre. Les “Sushruta” répondaient au souhait de leur rendre leur apparence. Il a décrit les principes de base de la chirurgie plastique et l’ Histoire des gueules cassées dans son traité “Sushruta Samhita” en 600 av.

Il a probablement été le premier chirurgien plastique à pratiquer une rhinoplastie, entre autres choses. Pour cela, il a reconstruit le nez avec des lamelles de peau, par exemple sur le front ou la joue. Difficile à croire, car à cette époque il n’y avait ni anesthésie ni installations stériles ! Les opérations étaient très douloureuses et associées à un risque d’infection.

Les Italiens, ancêtres de la chirurgie plastique
Les traductions des écrits de Sushruta ont finalement trouvé leur chemin vers l’Europe, où le médecin italien “Branca” et son fils ont étudié et amélioré la “méthode indienne” vers 1450. Lorsqu’ils ont appliqué la rhinoplastie, ils ont retiré des tissus de la partie supérieure du bras pour la première fois. Les patients atteints de syphilis et les vétérans de guerre devraient particulièrement en bénéficier. Cependant, la technique n’a pas atteint le grand public à cette époque selon l’ Histoire des gueules cassées découverte.

Ce n’est qu’en 1597 que l’Italien Gaspare Tagliacozzi publie un ouvrage qui, entre autres opérations, décrit la rhinoplastie de Branca. La procédure était étonnante : l’opération n’était pas seulement associée à de fortes douleurs, Tagliacozzi a fixé le bras du patient sur son nez. Il assurait ainsi la circulation sanguine jusqu’à ce que le lambeau de peau ait poussé. Les médecins utilisent encore aujourd’hui cette “plastie à lamelles” ou “méthode italienne” sous une forme modifiée.

Les débuts de la chirurgie esthétique
Lorsque des médecins, comme le Dr Dieffenbach d’Allemagne, ont introduit avec succès les anesthésiques et les antiseptiques au milieu du XIXe siècle, les procédures chirurgicales sont devenues plus sûres et plus faciles. Les substances actives éther et cocaïne ont été utilisées pour la première fois à cette époque. La première pierre de la médecine moderne a été posée, car les nouvelles découvertes permettent désormais des traitements plus douloureux.

C’est finalement en 1896 à Berlin que Jacques Joseph, l’assistant du célèbre orthopédiste Julius Wolff, reçoit la visite d’une mère inquiète. Son fils souffrait de grandes oreilles décollées, pour lesquelles les enfants se moquaient de lui toute sa vie. Une telle opération cosmétique n’avait jamais été réalisée auparavant et était considérée comme impensable. Néanmoins, Jacques Joseph décide de réaliser la procédure expérimentale en secret. Résultat : la mère et le fils étaient extrêmement satisfaits. Julius Wolff, lui, ne l’était pas, car il a licencié son assistant après que ce dernier ait présenté son exploit à la Société médicale de Berlin – même si cette dernière l’a reconnu pour ses réalisations.

Avec l’ouverture ultérieure de son propre cabinet, il a ensuite posé un jalon pour la médecine esthétique en Allemagne. La nouvelle de ses connaissances s’est répandue et il a pu enregistrer d’autres succès, notamment en matière de rhinoplastie. En 1904, il opère avec des instruments qu’il a lui-même développés, ce qui lui permet d’effectuer des opérations par les narines sans cicatrices externes. En tant que l’un des fondateurs de la chirurgie esthétique moderne,et ayant considérablement marqué l’ Histoire des gueules cassées, la santé mentale, la recherche du bonheur et l’autodétermination du patient ont toujours été au premier plan de ses considérations lorsqu’il envisageait une intervention chirurgicale.

Comment la Première Guerre mondiale a révolutionné la chirurgie reconstructive

Au début du XIXe siècle, le moteur de cette évolution rapide est sans aucun doute la Première Guerre mondiale. Les horribles blessures des soldats établissent de nouvelles normes dans le domaine de la chirurgie réparatrice. Jamais auparavant les médecins n’avaient eu à traiter des blessures aussi nombreuses et étendues à la tête et aux bras. Le Dr Harold Gillies a développé des procédures innovantes dans le domaine de la chirurgie faciale et, avec son équipe, a pu réaliser plus de 11 000 opérations. Sans ses développements révolutionnaires, la chirurgie plastique ne serait peut-être pas aussi avancée aujourd’hui, c’est pourquoi il est souvent considéré comme le père du domaine.

Les plus grandes étapes de l’histoire de la chirurgie plastique et Histoire des gueules cassées:
600 av. J.-C. : le premier traité sur la rhinoplastie est écrit en Inde
1597 : L’Italien Tagliacozzi exécute la première sculpture à rabat
1850 : Développement des anesthésiques et des antiseptiques
1896 : Jacques Joseph réalise la première correction esthétique des oreilles de voile et en 1904, il peut opérer les nez sans cicatrice
1914 : Les blessures dévastatrices des soldats de la Première Guerre mondiale entraînent des développements révolutionnaires dans le domaine de la chirurgie plastique
1961 : Deux Texans développent l’implant en silicone
1980 : Les médecins pratiquent la première liposuccion

Dans le domaine de la chirugue esthétique, l’Histoire des gueules cassées est essentielle car cela a révolutionné la medecine moderne humaine. ils ont retiré des tissus de la partie supérieure du bras pour la première fois. Les patients atteints de syphilis et les vétérans de guerre devraient particulièrement en bénéficier. Cependant, la technique n’a pas atteint le grand public à cette époque.

Ce n’est qu’en 1597 que l’Italien Gaspare Tagliacozzi publie un ouvrage qui, entre autres opérations, décrit la rhinoplastie de Branca. La procédure était étonnante : l’opération n’était pas seulement associée à de fortes douleurs, Tagliacozzi a fixé le bras du patient sur son nez. Il assurait ainsi la circulation sanguine jusqu’à ce que le lambeau de peau ait poussé. Les médecins utilisent encore aujourd’hui cette “plastie à lamelles” ou “méthode italienne” sous une forme modifiée.

Les débuts de la chirurgie esthétique

Lorsque des médecins, comme le Dr Dieffenbach d’Allemagne, ont introduit avec succès les anesthésiques et les antiseptiques au milieu du XIXe siècle, les procédures chirurgicales sont devenues plus sûres et plus faciles. Les substances actives éther et cocaïne ont été utilisées pour la première fois à cette époque. La première pierre de la médecine moderne a été posée, car les nouvelles découvertes permettent désormais des traitements plus douloureux.

C’est finalement en 1896 à Berlin que Jacques Joseph, l’assistant du célèbre orthopédiste Julius Wolff, reçoit la visite d’une mère inquiète. Son fils souffrait de grandes oreilles décollées, pour lesquelles les enfants se moquaient de lui toute sa vie. Une telle opération cosmétique n’avait jamais été réalisée auparavant et était considérée comme impensable. Néanmoins, Jacques Joseph décide de réaliser la procédure expérimentale en secret. Résultat : la mère et le fils étaient extrêmement satisfaits. Julius Wolff, lui, ne l’était pas, car il a licencié son assistant après que ce dernier ait présenté son exploit à la Société médicale de Berlin et a franchi un pas de plus dans l’Histoire des gueules cassées – même si cette dernière l’a reconnu pour ses réalisations.

Avec l’ouverture ultérieure de son propre cabinet, il a ensuite posé un jalon pour la médecine esthétique en Allemagne. La nouvelle de ses connaissances s’est répandue et il a pu enregistrer d’autres succès, notamment en matière de rhinoplastie. En 1904, il opère avec des instruments qu’il a lui-même développés, ce qui lui permet d’effectuer des opérations par les narines sans cicatrices externes. En tant que l’un des fondateurs de la chirurgie esthétique moderne, la santé mentale, la recherche du bonheur et l’autodétermination du patient ont toujours été au premier plan de ses considérations lorsqu’il envisageait une intervention chirurgicale.

Comment la Première Guerre mondiale a révolutionné la chirurgie reconstructive

Au début du XIXe siècle, le moteur de cette évolution rapide est sans aucun doute la Première Guerre mondiale. Les horribles blessures des soldats établissent de nouvelles normes dans le domaine de la chirurgie réparatrice. Jamais auparavant les médecins n’avaient eu à traiter des blessures aussi nombreuses et étendues à la tête et aux bras. Le Dr Harold Gillies a développé des procédures innovantes dans le domaine de la chirurgie faciale et, avec son équipe, a pu réaliser plus de 11 000 opérations. Sans ses développements révolutionnaires, la chirurgie plastique ou la liposuccion Paris ne serait peut-être pas aussi avancée aujourd’hui, c’est pourquoi il est souvent considéré comme le père du domaine.

Les plus grandes étapes de l’histoire de la chirurgie plastique et Histoire des gueules cassées:
600 av. J.-C. : le premier traité sur la rhinoplastie est écrit en Inde
1597 : L’Italien Tagliacozzi exécute la première sculpture à rabat
1850 : Développement des anesthésiques et des antiseptiques
1896 : Jacques Joseph réalise la première correction esthétique des oreilles de voile et en 1904, il peut opérer les nez sans cicatrice
1914 : Les blessures dévastatrices des soldats de la Première Guerre mondiale entraînent des développements révolutionnaires dans le domaine de la chirurgie plastique
1961 : Deux Texans développent l’implant en silicone
1980 : Les médecins pratiquent la première liposuccion

Dans le domaine de la chirurgie esthétique, l’Histoire des gueules cassées est essentielle car cela a révolutionné la médecine moderne humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code